L'eau chaude sanitaire Solaire

 

 

Notre planète reçoit quotidiennement un flux important d'énergie solaire.

La puissance de ce rayonnement en un lieu donné est dépendante de la température de surface du soleil, de la distance terre-soleil, des conditions météorologiques et de la diffusion atmosphérique (phénomènes de dispersion, de réflexion et d'absorption).

Une petite expérience significative

Prenez un tuyau d'arrosage en plastique souple, et disposez-le en serpentin sur le sol.

Laissez-le rempli, en plein soleil pendant une heure ou deux. A la remise en service, vous constatez que la température de l'eau qui s'écoule du tuyau s'est fortement élevée (plus la couleur du tuyau est foncée - noire ou vert sombre - plus l'eau devient chaude).

Et si vous aviez placé une simple vitre à plat sur le tuyau enroulé, le liquide serait sorti brûlant.

De façon rudimentaire, vous venez de redécouvrir l'eau chaude solaire.

Le chauffe-eau solaire fonctionne selon ces principes.

C'est un équipement robuste et fiable, conçu et fabriqué pour tirer le meilleur parti du moindre rayon de soleil.

Le reste est affaire de bon fournisseur et de bon artisan chauffagiste.
 


Les composants d'un chauffe-eau solaire :

solaireDD

L'équipement comprend des capteurs solaires (placés le plus souvent en toiture) et un ballon de stockage (installé à l'intérieur de la maison ou au dehors près des capteurs).

Pour relier capteurs et ballon, une tuyauterie calorifugée assure la circulation d'un liquide primaire.

Et pour compléter le système on lui associe, selon les modèles, un échangeur intégré au ballon, une régulation, un circulateur et un dispositif de chauffage d'appoint.

Sur de nombreux modèles, cet appoint est une résistance électrique placée au tiers supérieur du ballon solaire.

Sur d'autres modèles, l'appoint se fait par une chaudière (gaz, fioul…) disposée en aval du ballon solaire, ou dans un second ballon, pourvu d'un réchauffeur électrique.

 

Le chauffe-eau solaire en quelques mots

Le capteur solaire :

Capteur-tubulaire

une plaque et des tubes métalliques noirs reçoivent le rayonnement solaire et s'échauffent. C'est l'absorbeur, le coeur du système solaire. Ces éléments sont placés sous un vitrage, dans un coffre rigide et thermiquement isolé, à l'arrière et sur les côtés. La vitre laisse pénétrer le soleil et retient la chaleur, comme dans une petite serre.

 

 

 

Il existe deux sortes de capteurs : Le capteur plan et le capteur tubulaire.

 

Le circuit primaire :

Il contient quelques litres d'un liquide (eau additionnée d'antigel) enfermé dans un circuit étanche.

En parcourant le capteur placé au soleil, le liquide s'échauffe avant de se diriger vers la cuve de stockage.

Là, grâce à un échangeur thermique, il cède les calories solaires à l'eau sanitaire du ballon.

Refroidi au passage, le liquide primaire retourne alors au capteur, tant que l'ensoleillement reste efficace.

La boucle est bouclée…

Pour certains modèles, (dits "auto-vidangeables"), le liquide caloporteur présent dans les capteurs est vidangé automatiquement dans une "bouteille de récupération" dès la mise à l'arrêt du circuit primaire (ensoleillement faible ou nul, eau du ballon à bonne température).

Intérêts du système : protection des capteurs contre le gel, protection contre les surchauffes, entretien réduit.

 

Le ballon solaire :

Ballon solaire

  

une cuve métallique bien isolée constitue la réserve d'eau sanitaire.

L'eau chaude soutirée est remplacée immédiatement par la même quantité d'eau froide du réseau.

Si le soleil est présent, le liquide primaire joue alors son rôle de réchauffeur en quelques minutes.
S'il n'y a plus assez, ou plus du tout de soleil, un dispositif d'appoint prend le relais pour reconstituer le stock d'eau chaude.

Partout en métropole, l'appoint est indispensable pour assurer la permanence du service d'eau chaude en hiver, en demi-saison ou par longue période de mauvais temps.

Sur de nombreux modèles, cet appoint est une résistance électrique placée au tiers supérieur du ballon solaire.

Sur d'autres modèles, l'appoint se fait par une chaudière (gaz, fioul…) disposée en aval du ballon solaire, ou dans un second ballon, pourvu d'un réchauffeur électrique.

 

  

Le circulateur ou station solaire :

Station solaire

 Cette petite pompe électrique met en mouvement le liquide primaire, tant que sa température dépasse celle de l'eau sanitaire du ballon solaire.

Les chauffe-eau solaires "en thermosiphon" sont dépourvus de pompe (et de régulation) : le liquide caloporteur circule grâce à la différence de densité entre ce liquide et l'eau du ballon. Tant qu'il est plus chaud, donc moins dense que l'eau stockée, le liquide primaire s'élève en effet naturellement, par thermo-circulation.

 

La régulation différentielle :

Elle compare à tout moment la température du capteur et celle de la partie basse ou médiane du ballon.

Si le ballon est le plus chaud, la régulation arrête le fonctionnement du circulateur.

A l'inverse, quand le capteur est plus chaud que le ballon, le circulateur est automatiquement remis en route, et le liquide primaire transmet sa chaleur à l'eau sanitaire du ballon.

L'eau chaude est garantie tous les jours.

Vous voulez disposer d'eau chaude sanitaire tous les jours de l'année, sans vous soucier du temps qu'il fait.

Alors choisissez un chauffe-eau solaire à éléments séparés avec chauffage d'appoint.

Les capteurs sont, bien sûr, à l'extérieur, le ballon de stockage dans l'habitation.

 

L'installation complète d'un chauffe-eau solaire bénéficie d'un taux de T.V.A. réduit à 5,5 % pour les travaux réalisés sur des locaux d'habitation achevés depuis plus de deux ans, et facturés par un professionnel.

Selon les modèles concernés, les prix des chauffe-eau solaires équipés de 3 à 5 m² de capteurs, et d'un ballon de 200 à 300 litres (3 à 4 personnes), sont actuellement compris entre 5500 et 6000 euros TTC, pose comprise. Contactez-nous, nous définirons votre projet et établirons un devis.

Enfin, sachez qu'une nouvelle disposition fiscale institue un crédit d'impôt égal à 30 % des dépenses d'acquisition (pose exclue), pour les "équipements... utilisant une source d'énergie renouvelable intégrés à un logement...affecté en France à la résidence principale du contribuable".

Cette mesure s'applique à des dépenses plafonnées, pour des travaux réalisés par un professionnel Reconnu Garant de l'Environnement (RGE) en 2015.

 

N'hésitez pas ; choisissez l'eau chaude solaire.

L'énergie solaire : chaleur ou électricité pour bien des usages

L'eau chaude solaire n'est pas réservée aux usages individuels.

Des immeubles d'habitation, des maisons de retraite, des hôpitaux, gymnases et hôtels recourent à l'énergie solaire pour fournir l'eau chaude à leurs utilisateurs.

Ces installations, souvent placées en terrasse des bâtiments, atteignent plusieurs dizaines ou centaines de m² de capteurs solaires.

La production d'électricité fait appel à d'autres matériels solaires, différents des capteurs destinés aux usages thermiques.

Cette application met en oeuvre des "modules photo-voltaïques" (PV), qui transforment directement le rayonnement solaire en courant électrique.

Le plus souvent, celui-ci s'adresse aux seuls besoins de base (hors chauffage) des sites qui ne sont pas raccordés au réseau d'électricité (balises, relais téléphoniques, chalets d'alpage…).

Les modules PV sont des assemblages de cellules de silicium montées en série. 

 

Ets VAUGEOIS & FILS

Entreprise agréée QUALISOL 2017

sous le n° QS/18234/151409